Nouvelle Recherche
11 résultats
Page :
1 2 3 >


CONSTITUTION D’UN REPERTOIRE COMPORTEMENTAL EN ETHOLOGIE : ASPECTS METHODOLOGIQUES ET APPLICATION A L’ETUDE DES INTERACTIONS SOCIALES CHEZ L’ELEPHANT D’ASIE (Elephas maximus) AU SRI LANKASAMY Julie2005
CONSTITUTION D’UN REPERTOIRE COMPORTEMENTAL EN ETHOLOGIE : ASPECTS METHODOLOGIQUES ET APPLICATION A L’ETUDE DES INTERACTIONS SOCIALES CHEZ L’ELEPHANT D’ASIE (Elephas maximus) AU SRI LANKA
SAMY Julie

RESUME :
La mise en place d'un répertoire comportemental est un préalable essentiel à toute étude éthologique. Cette thèse développe les étapes de la constitution d’un tel outil. Les différents principes énoncés sont mis en application pour l’élaboration d'un répertoire comportemental particulier : celui établi pour une étude sur le développement du comportement social d'éléphants d'Asie, Elephas maximus, au Sri Lanka.
Ce répertoire est constitué, dans sa quasi-totalité, d'après l'observation de 64 éléphants de l'orphelinat de Pinnawala (Sri Lanka). Il comprend 325 unités comportementales mutuellement exclusives. Ces unités sont divisées en deux grandes classes: 252 unités « de base » correspondant à des comportements moteurs interactifs, c'est à dire orientés vers un partenaire, et 73 unités « associées » représentant des postures ou des mouvements de certaines parties du corps (e.g., tête, trompe, oreilles, queue) ainsi que des vocalisations. Le terme "associée" signifie que ces unités peuvent, potentiellement, être manifestées avec n'importe quelle unité de « base ». Ce répertoire est un outil opérationnel qui a permis l'étude quantitative des interactions sociales d’éléphants dans une problématique comparative du développement comportemental.


Mots-clés :
Comportement Eléphant
Ethologie Eléphant d’Asie
Répertoire comportemental Asie
Interaction sociale Sri Lanka


Télécharger le texte intégral

L'éléphant d'Afrique et l'éléphant d'Asie : caractéristiques, relations avec l'homme au cours de l'histoire, statut actuel, dangers et conservationCOHEN Fanny2007
Les éléphants d’Afrique (Loxodonta) et d’Asie (Elephas) sont les plus gros mammifères terrestres. Des éléments morphologiques et anatomiques caractéristiques permettent de déterminer l’espèce de l’animal, mais la physiologie de ces animaux et l’organisation sociale qui en découle sont comparables.
Les pachydermes ont de tout temps fasciné les humains qui, pour leurs atouts, les domestiquèrent il y a des millénaires. Les éléphants ont ainsi une importance culturelle remarquable, non seulement en Afrique et en Asie, mais dans tout le monde.
Le nombre d’animaux, sauvages comme domestiques, a considérablement diminué au cours du vingtième siècle, et la survie de l’espèce est menacée. De nombreux programmes de conservation sont en cours, mais leur efficacité dépend de l’importance des fonds, de la coopération des gouvernements et surtout de celle des hommes.

Télécharger le texte intégral

L'éléphant domestique au LAOS (Elephas maximus indicus). Aspects culturel et socio-économique, situation sanitaire et conservation del'espèce.LABATUT Florence2009
L'éléphant domestiqué du Laos est un animal unique. Les lao sont très attachés à l'animal aussi bien pour des raisons religieuses que culturelles. C'est un animal de bât indispensable qui fait vivre plus de 10 000 personnes. Il lie avec son cornac une relation priviligiée. Ainsi, le cornac peut faire accomplir à l'éléphant une multitude de tâches. De plus, sa biologie en fait un des mammifères les plus primitifs tout en étant doué d'incroyables sens (mémoire, notion de la mort...). Il souffre aussi de nombreuses pathologie encore sous diagnostiquées et mal traitées. L'éléphant asiatique est en voie de disparition, si rien n'est fait rapidement pour augmenter ses chances de survie, nos petits enfants ne le connaîtront qu'à travers leurs manuels d'histoire...


Télécharger le texte intégral

Identification des habitats thermiques et en lumière des proies exploitées par les éléphants de mer austraux (Mirounga leonina) en milieu océanique.LAURENT Cécile,Hélène2012
Les éléphants de mer Austraux constituent des modèles intéressants pour étudier les ressources de l’océan Austral, milieu difficile d’accès pour l’homme. Des données sur l’habitat des proies de ces mammifères marins ont été recueillies grâce à des balises collectant des paramètres de plongée (température, lumière, profondeur) lors des événements de capture. Les informations obtenues à partir de deux individus de Kerguelen ayant suivi une trajectoire différente ont montré que la température et la lumière perçues dans l’océan ont une influence directe sur la localisation de ces proies. Cela implique alors une adaptation du comportement de plongée de M. leonina au cours de sa migration.
Télécharger le texte intégral

Régulation de la reproduction de certains grands mammifères dans les zoos et parcs animaliers basée sur les protocoles recommandés par le zoo de Saint LOUIS et de l'AZALE NAI Charlotte2016
Contrairement à ce qui est communément admis, la sauvegarde en captivité de Mammifères sauvages ne fait pas recours à la production d’une abondante descendance. En effet, par souci de densités animales et de surfaces disponibles dans les zoos ou les parcs animaliers, la reproduction de deux individus doit être régulée pour assurer leur bien-être.
Dans ce contexte, la contraception de tels animaux apparaît comme une solution efficace et intéressante. Or, selon la physiologie et le mode de vie de chaque espèce, une même technique contraceptive n’apportera pas les mêmes effets et pourrait présenter des risques pour l’individu.
Ainsi avant de pouvoir choisir le moyen de régulation le plus adapté possible, il faut avoir une connaissance poussée de la socialité et du mode de reproduction de l’individu, dont la fertilité doit être régulée.
De nombreux moyens de contraception différents existent, agissant à différents niveaux de l’axe de régulation de la fonction de reproduction. Ces moyens comprennent des hormones, des interventions chirurgicales, et des dispositifs mécaniques. L’AZA et le centre de contraception du zoo de Saint Louis ont émis pour chacune des espèces étudiées dans ce travail (des espèces appartenant aux familles des Félins, des Ongulés, des Ursidés, des Canidés, des Primates, ainsi que les éléphants, les hippopotames et les rhinocéros) des recommandations concernant les moyens de contraception les plus adaptés à chacune. Ces recommandations font l’objet de la troisième partie de cette thèse.
Cependant certains chercheurs et animaliers s’inquiètent qu’un tel contrôle de la reproduction n’aboutisse à une perte de la fertilité et de la naturalité des animaux concernés.

Télécharger le texte intégral


Page :
1 2 3 >


Nouvelle Recherche