Nouvelle Recherche
11 résultats
Page :
< 1 2 3 >


Antoine-Louis BARYE (1795-1875) : mesurer l'animal pour mieux le représenterLEPAINGARD Céline2015
Antoine-Louis Barye est un sculpteur animalier du XIXème siècle dont la notoriété a grandi au fil des Salons auxquels il participa tout au long de sa vie. Longtemps en conflit avec les membres du milieu artistique, il intégra à la fin de sa vie une place tant désirée à l’Académie des Beaux-Arts. Son romantisme s’exprima par la mise en scène de combats violents tels que Thésée et le Minotaure ou encore le Tigre dévorant un gavial. Il réalisa également de nombreuses sculptures pour la ville de Paris comme le Lion marchant de la colonne de Juillet, les façades du palais du Louvre et la Sainte-Clothilde de l’église de la Madeleine. Il se lança également dans la production industrielle de ses oeuvres, qui l’endetta pendant de nombreuses années. Cet artiste se caractérisa surtout par l’incroyable probité de ses oeuvres, soulignant son amour de la beauté animale. Il passait en effet des journées entières à observer le monde animal à la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris. Il aimait également assister aux dissections réalisées au Muséum d’Histoire naturelle, où il pouvait mesurer sans relâche toutes les parties du corps d’un animal et découvrir l’anatomie autrement que dans des ouvrages. Il réalisa ainsi des centaines de croquis de félins, gazelles, cervidés, éléphants, ours, chevaux et bovidés, sur lesquels il rapporta ses nombreuses mesures. Mesurer l’animal était donc son moyen d’atteindre la perfection dans ses sculptures. Grâce à son travail, Barye créa une véritable liaison entre Art et Science.
Télécharger le texte intégral

Mue et thermorégulation chez les éléphants de mer austraux (Mirounga leonina)KRELLENSTEIN Adélie,Sarah,Hélène2016
Un des enjeux de la vie des endothermes en milieu froid est la réduction des pertes thermiques, qui se fait par adaptation morphologique, physiologique et/ou comportementale. La mue des éléphants de mer austraux (Mirounga leonina) est une phase nécessaire pour renouveler le pelage mais couteuse en énergie. Cette mue nécessite une température cutanée élevée pour permettre une activité cellulaire efficace et engendre donc des pertes thermiques importantes. Lors de cette période de contrainte énergétique, les éléphants de mer restent à terre et forment des agrégations, utilisant ainsi la thermorégulation sociale. Des travaux précédents se sont intéressés aux facteurs modulant le comportement d’agrégation ainsi qu’à certains de ses bénéfices. Dans notre étude, nous avons cherché à confirmer plusieurs des résultats obtenus et nous nous sommes penchés plus en détail sur les aspects thermiques de la mue. Ainsi nos principaux objectifs étaient d’étudier les pertes thermiques qu’occasionne la mue des éléphants de mer, les bénéfices énergétiques du comportement d’agrégation ainsi que les relations entre les températures internes et de surface. Nos résultats ont mis en évidence des pertes thermiques plus importantes sur la nouvelle peau que l’ancienne peau. Nous avons pu montrer qu’une baisse de température ambiante était corrélée avec une augmentation de la taille des agrégations, lorsque les animaux étaient sur la boue. Nous avons également mis en évidence que les pertes thermiques étaient réduites chez les individus agrégés par rapport aux individus seuls, pour les animaux sur de l’herbe. Enfin, nous avons obtenu des résultats négatifs concernant les bénéfices thermiques individuels en fonction de la taille de l’agrégation et de la position de l’individu.
Télécharger le texte intégral

Etude préliminaire de l'effet de la musique classique diffusée via un bonnet audio sur le stress des chevaux lors d'examens radiographiquesCHEVEAU Lauriane2018
La musique classique diminue le stress psychologique et physiologique chez l'homme en contexte hospitalier. Son effet bénéfique sur le stress a également été démontré chez les animaux en captivité, tels les rats, les souris, les éléphants, les chiens et plusieurs espèces de primates. Chez le cheval plusieurs études semblent montrer que la musique classique diminue leur stress à l'écurie mais aussi lors de situations anxiogènes. Elle pourrait ainsi être un outil efficace lors de manipulations vétérinaires, tels les examens radiographiques, pour diminuer le stress des chevaux et améliorer leur bien-être. Afin d'explorer cette hypothèse, nous avons comparé, lors d'examens radiographiques, l'expression faciale, la fréquence et l'occurrence de comportements révélateurs de stress, et les intervalles RR de 16 chevaux, répartis en trois groupes : un groupe entendant de la musique classique diffusée via un bonnet audio, un groupe portant ce même bonnet audio mais sans musique, et un groupe sans bonnet ni musique. Aucune différence significative n'a été mise en évidence. Un manque de puissance statistique ou une absence d'effet de la musique classique sur le stress dans le contexte étudié pourrait expliquer ces résultats. Des études complémentaires sont nécessaires pour investiguer l'intérêt de la musique classique chez les chevaux en contexte vétérinaire.
Télécharger le texte intégral

Recensement et analyse des échappées et attaques d'humains par des animaux sauvages maintenus en captivitéSANZ LUCILLE2019
De plus en plus médiatisés, les échappées et les attaques d’humains par des animaux sauvages maintenus en captivité ont un impact important sur les parcs zoologiques et les cirques. A ce jour il n’existe pas de plateforme officielle de partage de données relatives aux accidents animaliers en parc zoologique et en cirque. L’objectif de cette thèse est la création et l’analyse d’une base de données informatique qui recense en détail et analyse les accidents animaliers survenus dans les parcs zoologique et cirques du monde entre 1980 et 2017 à partir de publications dans des journaux et de sources professionnelles. Ce sont ainsi 544 évènements concernant des animaux de 129 espèces différentes et survenus dans le monde entier qui ont été analysés. Les échappées concernent 260 évènements et sont dans 61% des cas dues à une défaillance technique. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, même les enclos répondant à toutes les normes fixées par les organisations professionnelles peuvent ne pas suffire à contenir les animaux. Dans une défaillance technique sur deux, l’animal parvient à s’extraire de l’enclos en détruisant une clôture. A l’inverse 90% des erreurs humaines consistent en la non-fermeture d’une porte ou d’une trappe par un soigneur. Les méthodes de capture varient entre les espèces en fonction de leur dangerosité pour l’homme. Le recours à la télé-anesthésie intervient dans 33% des échappées. L’abattage reste peu utilisé (16% des cas) étant donnée la valeur intrinsèque des animaux. Cette procédure extrême est utilisée uniquement dans les cas où l’animal présente un danger immédiat pour l’homme. Concernant les attaques, 334 évènements sont recensés dans la base de données. Les éléphants et les félins sont les plus dangereux avec une létalité de 68% et 49% respectivement. Les attaques surviennent dans des circonstances variées lorsqu’un humain pénètre dans l’enclos alors que l’animal s’y trouve, quand un animal blesse un humain à travers le grillage ou encore pendant un spectacle ou une échappée. Les soigneurs constituent une population à risque. Ils représentent 70% des victimes. Les cirques font émerger des problématiques particulières. Ils doivent concilier mobilité des installations et solidité, proximité du public et mise à distance de sécurité du public. L’accès aux données reste compliqué et ce travail démontre l’utilité du partage de connaissances pour que les établissements hébergeant des animaux sauvages adaptent leurs mesures de sécurité aux animaux.
Télécharger le texte intégral

Considérations zootechniques et économiques sur quelques mammifères domestiques au Laos VAUCEL G.F.1930
Considérations zootechniques et économiques sur quelques mammifères domestiques au Laos
Télécharger le texte intégral


Page :
< 1 2 3 >


Nouvelle Recherche