PATHOLOGIE DES TESTICULES ET DE L'EPIDIDYME DU MÂLE

CRYPTORCHIDIE

Epidémiologie Symptômes Lésions Diagnostic - Conduite à tenir Bibliographie

 

Cryptorchidie : absence de testicules dans le scrotum
Monorchidie : Un testicule unique dans le scrotum

Epidémiologie
PATHOGENIE :

o Ces deux maladies résultent d’une migration incomplète des testicules en position scrotale.

ETIOLOGIE :

o Ce caractère est héréditaire, fréquemment associé à l’absence de corne dans la race mérinos ainsi que l’intersexualité chez les caprins. Chez la chèvre angora, il a été montré que la transmission se faisait de manière récessive.

o L’utilisation inexpérimentée de la castration à l’aide d’élastique peut obliger un des testicules à remonter dans le canal inguinal ou en position sous cutanée.

 

Symptômes

o Le scrotum est vide ou de très petite taille (un seul testicule).

o Le(s) testicule(s) non descendu(s) peut (vent) se trouver dans le canal inguinal ou bien entre le rein et l’anneau inguinal. La localisation abdominale est plus fréquente, la monorchidie représente 2/3 des cas et la cryptorchidie le dernier tiers.

o Les animaux cryptorchides sont infertiles. Les monorchides peuvent conserver une certaine fertilité (testicule scrotal). L’éjaculat est azoospermique ou oligospermique.

o Les animaux conservent leur comportement sexuel (le taux de testostérone n’est pas modifié par la cryptorchidie)

o Le taux sanguin en LH est 3 fois plus élevé chez les cryptorchides que chez les individus normaux.

 

Lésions

o La température corporelle occasionne une disparition de la spermatogenèse dans le testicule intra abdominal.

o La croissance testiculaire est retardée par la cryptorchidie. Le ou les testicules mesurent environ 1/10° de la taille de testicules normaux et leur consistance est en général plus ferme. L’épididyme est lui aussi réduit en taille (diamètre égal à 2/3 d’un épididyme normal), cependant sa proportion par rapport au testicule ipsilatéral est augmentée (chez un individu normal, le poids de l’épididyme correspond à 18% poids du testicule, chez le cryptorchide, la proportion est 30%).

o Les tubes séminifères sont dégénérés, avec un diamètre divisé par trois et une absence de spermatogénèse. Les cellules germinales sont inexistantes ou en très faible nombre, ces dernières ne présentant pas de différentiation au-delà du stade de spermatogonie, et peuvent parfois contenir des vacuoles dans leur cytoplasme. L’aspect des cellules de Sertoli varient d’un individu à l’autre et d’un tube séminifère à l’autre : aspect normal, aspect de cellules de Sertoli pré pubère (même chez des individus sexuellement mâture), hypertrophie. Des signes de fibrose apparaissent dans le tissu interstitiel. Les cellules de Leydig ne présentent aucune anomalie, elles produisent donc normalement les hormones mâles d’où la conservation de la libido et le maintien des caractères sexuels secondaires du mâle.

o L’épididyme est histologiquement normal mais ne contient aucun spermatozoïde.

 

Diagnostic

o La palpation du scrotum suffit à identifier l’individu atteint.

o Le diagnostic peut se faire dès la naissance car chez les petits ruminants la descente testiculaire se fait très tôt (80j de gestation).

 

Conduite à tenir

o La conservation des animaux monorchides est fortement déconseillée, du fait du caractère héréditaire de la maladie.

o L’orchidopexie est envisageable et permet de récupérer dans une certaine mesure la fonction du ou des testicules cryptorchides. Cependant le caractère héréditaire de la pathologie pose de nouveau problème.

o La castration chez les animaux de compagnie est recommandée.

Pour accéder à la galerie photo, cliquez sur l'image...

 
scrotum de petite taille

   
localisation du testicule cryptorchide


aspect testicule abdominal