Ecole nationale vétérinaire d'Alfort
ENVA : 7, av. Gal de Gaulle 94700 Maisons-Alfort / Tel : 01 43 96 71 00 / Fax : 01 43 96 71 25
Rechercher :
Ok
La courbe de glycémie

Lorsqu'un vétérinaire veut apprécier l'évolution du taux de glucose dans le sang en fonction du temps, il peut avoir recours à une courbe de glycémie.
Bien que sa réalisation soit fastidieuse, la courbe de glycémie est le moyen le plus fiable d'apprécier l'efficacité du traitement.

Réalisation de la courbe de glycémie

La courbe de glycémie doit être réalisée dans des conditions les plus proches possibles du quotidien de l'animal. Le matin, le propriétaire administre l'insuline et distribue le premier repas de la journée à son domicile. L'animal est ensuite conduit chez le vétérinaire où il est hospitalisé jusqu'au soir. Dans certains cas, lorsque le vétérinaire veut vérifier la technique d'injection du propriétaire, l'injection matinale peut être effectuée à la clinique ; le repas est alors distribué par le propriétaire dans un lieu calme de la clinique afin de s'assurer que l'animal mange (le stress peut engendrer un refus de s'alimenter). Le deuxième repas de la journée est distribué à l'heure habituelle à la clinique ou au domicile si l'animal est sorti, il en est de même pour la deuxième injection d'insuline dans le cas du protocole à deux injections quotidiennes.

Au cours de cette hospitalisation, le vétérinaire réalise des mesures répétées de glycémie, réparties sur dix à douze heures environ (une mesure toutes les deux heures environ). Ces mesures sont reportées sur une courbe, d'où le nom "courbe de glycémie".
Le retour de l'animal à son domicile peut s'effectuer le plus souvent le soir même. Dans quelques cas, l'hospitalisation doit être prolongée jusqu'au lendemain afin d'accroître les informations apportées pas la courbe.

Haut de la page

Interprétation de la courbe de glycémie

Analyse de la courbe de glycémie

Tout d'abord, rappelons que l'insuline entraîne une baisse de la glycémie. Suite à une injection d'insuline, la glycémie diminue régulièrement jusqu'à une valeur minimale appelée le "nadir", puis augmente progressivement jusqu'à l'injection suivante.

L'analyse de la courbe permet d'identifier les paramètres suivants :
  • Le temps écoulé entre l'injection matinale d'insuline et le nadir : cette valeur indique le pic d'action d'insuline, c'est à dire le moment où son action est maximale. Cette valeur permet de vérifier si le type d'insuline et la fréquence des injections sont adaptés.
  • La valeur du nadir : cette valeur est comprise idéalement entre deux limites, si la valeur du nadir est trop basse, le risque d'hypoglycémie est important, si cette valeur est trop haute, une hyperglycémie persiste. La connaissance de cette valeur permet de déterminer la dose d'insuline administrée.
  • Le temps passé où la glycémie se situe entre deux valeurs seuils (seuils délimitants l'intervalle où la glycémie doit être maintenue pour obtenir un contrôle raisonnable du diabète) : cette valeur permet de juger de l'activité de l'insuline sur la journée.
Ces trois points permettent d'apprécier la réponse de l'organisme à l'administration de l'insuline et ainsi de déterminer les caractéristiques du traitement dans son ensemble.
L'interprétation de la courbe peut conduire le vétérinaire à proposer une ou plusieurs modifications afin d'améliorer l'insulinothérapie. Si le vétérinaire juge la qualité du traitement satisfaisante, le protocole est conservé tel quel.

Limite de cette analyse

La décision d'une modification du traitement ne dépend pas uniquement de l'interprétation d'une courbe de glycémie ; elle repose essentiellement sur l'état de santé de l'animal : si l'animal ne présente aucun symptôme en rapport avec un mauvais équilibrage du diabète, le vétérinaire fait souvent le choix de ne pas modifier le traitement. Le stress engendré par l'hospitalisation, tout particulièrement chez le chat, conduit à des difficultés d'interprétation des courbes de glycémie. Le vétérinaire ne tient alors pas compte des anomalies de la courbe si l'animal est "en forme".
La capacité d'une courbe de glycémie à refléter l'évolution de la glycémie au domicile de l'animal reste très imparfaite. Il est désormais possible de faire effectuer les courbes de glycémie à domicile par le propriétaire lui-même après une phase de formation par le vétérinaire, grâce à l'utilisation d'un glucomètre. Les informations offertes par les courbes de glycémie à domicile sont probablement de meilleure qualité que celles apportées par les courbes réalisées au cours d'une hospitalisation.

Haut de la page


Intérêt de la courbe de glycémie

L'objectif de la courbe de glycémie est d'ajuster le traitement de façon individuelle à l'animal.

Interêt lors de la mise au point du protocole

d'insulinothérapie

Une à deux semaines après la mise en place du traitement, une première courbe de glycémie est généralement réalisée. Lors de la mise en place du traitement, le vétérinaire décide d'un protocole d'insulinothérapie standard : le type et la dose d'insuline, la fréquence des injections sont déterminés sans savoir si ces choix vont être parfaitement adaptés à l'animal. Seule une courbe de glycémie permet de juger du choix initial de ces paramètres et autorise leur modification exacte.
Si une modification du traitement initial est nécessaire, une deuxième courbe doit être réalisée une à deux semaines plus tard.
Il se peut que le diabète de certains animaux soit difficile à équilibrer. Cette situation peut exiger l'essai de plusieurs protocoles avec la réalisation de plusieurs courbes, ceci jusqu'à l'obtention d'une réponse convenable de l'organisme de l'animal diabétique aux injections d'insuline. L'équilibrage du diabète dure généralement un à deux mois chez les chiens ; les réajustements de doses sont souvent permanents tout au long de la vie chez les chats.

Intérêt lors du suivi à long terme

Une courbe de glycémie peut être effectuée périodiquement lors des contrôles de routine.
La réalisation d'une courbe de glycémie se justifie particulièrement lors de modifications de l'état de santé de l'animal (en cas de réapparition des signes cliniques du diabète sucré, d'apparition de complications ou lors de suspicion d'hypoglycémie).
Lors de l'apparition d'un événement indésirable ou de suspicion d'un déséquilibre par des examens sanguins et/ou urinaires, seule la réalisation d'une courbe de glycémie permet de déterminer avec certitude les caractéristiques de ce déséquilibre et permet d'ajuster le traitement. Quelques exemples de déséquilibres détectés par la courbe de glycémie.

Haut de la page

Retour