Venom, chien Rottweiler mâle non castré âgé de 6 mois

Motif de consultation

Masses sur l'antérieur droit depuis la naissance

Anamnèse et commémoratifs

  • Exérèse il y a 2 mois puis récidive

Hypothèses diagnostiques

Entité pathologique
Arguments en faveur

Arguments en défaveur

Papillome viral
- Animal jeune
- Aspect prolifératif, non ulcéré

_
Autre néoplasie
- Récidive après exérèse
- Aspect prolifératif
- Age (jeune)
Naevus (hamartome)
- Animal jeune
- Développement en ligne sur la patte
- Aspect en collerette, prolifératif
-

 

Examens complémentaires

Examen réalisé
But

Résultat

Biopsie en vue d’une analyse histologique
Caractérisation des lésions
Papillome viral cutané

Traitement

......Au vu de l’étendue des lésions un traitement chirurgical n’est pas conseillé. Les papillomes viraux régressant dans la plupart des cas spontanément, un traitement conservateur pour éviter que l’animal ne se lèche est conseillé.

Principe actif
Nom déposé
Posologie

Indications

Port de la collerette
Chlorehexidine
Chlorexivet®
Application sur les plaies si infection q12 h
Action antiseptique locale (en cas d’infection uniquement)
Cefalexine
Cefaseptin®
15 mg/kg PO q12h pendant 3 semaines
Traitement de la surinfection bactérienne (en cas d’infection uniquement)

 

Suivi

......Un contrôle réalisé 1 mois après montre une amélioration spontanée des lésions. Si cela n’avait pas été le cas, une « auto-vaccination » aurait été envisagée.

Discussion

 

......Les papillomes sont des tumeurs bénignes cutanées liés à une infection de l’épithélium par un papillomavirus. La durée d’incubation est en moyenne de 4 à 6 semaines. En fonction des localisations, ce ne sont pas les mêmes virus qui sont incriminés. Les papillomes se développent dans la bouche mais aussi sur la peau.
La papillomatose buccale touche principalement les jeunes chiens et n’entraine pas de symptômes sauf si le nombre des papillomes est trop important. On peut alors observer une halithose, un refus de s’alimenter ou encore de discrètes hémorragies buccales liées à une ulcération des nodules. Ceux ci régressent spontanément en 2 à 4 mois sans que le mécanisme ne soit connu.


......L’atteinte cutanée par un papillomavirus peut toucher des animaux de tout âge. Les lésions sont principalement situées sur la tête, les paupières et les membres. Une régression spontanée survient classiquement en quelques mois (6-12mois) mais peut parfois prendre plusieurs années. Un papillomavirus ne se développe chez un adulte (>2ans) qu’en présence d’une cause sous-jacente qu’il convient d’explorer.


......Actuellement il n’existe aucun traitement spécifique. Les papillomes étant des tumeurs bénignes régressant spontanément, il n’est pas dans la plupart des cas nécessaire d’envisager un traitement. Néanmoins en cas de gêne trop importante, une exérèse chirurgicale par cryochirurgie peut être proposée. Des essais de vaccins autologues ont été réalisés mais sans résultats concluants. Actuellement aucun vaccin n’est commercialisé [1].


......Une étude récente a testé l’efficacité de l’azithromycine, antibiotique de la famille des macrolides déjà utilisé pour traiter les papillomes humains. L’étude portait sur 17 chiens et a obtenu des résultats très encourageants. Tous les animaux traités, à 10 mg/kg/jour per os pendant 10 jours ont montré une rémission complète en 10 à 15 jours, sans récidive au cours des 8 mois suivant le traitement. Des études supplémentaires sont nécessaires pour comprendre le mode d’action de cet antibiotique [2].

Bibliographie

[1] Withrow SJ, Vail DM. Small Animal Clinical Oncology. Edited by Saunders Elsevier, 2007: 19-27.


[2] Yagci BB, Ural K, Ocal N, Haydardedeoglu AE. Azithromycin therapy of papillomatosis in dogs: a prospective, randomized, double-blinded, placebo-controlled clinical trial. Veterinary Dermatology, 2008, 19 (4): 194-198.

 

Juin 2009,

Cas vu en consultation de parasitologie-dermatologie à l'ENVA, rédigé par Léna Olen et Mylène Vigreux dans le cadre de la thèse dirigée par Dr G. Marignac et codirigée par Dr F. Bernex.

Retour au tableau de cas

Accès à la discussion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Examen clinique

......L’animal est en bon état général et ses constantes vitales sont dans les valeurs usuelles. De nombreux nodules cutanés sont présents le long de la ligne dorsale du membre antérieur droit de l’épine scapulaire aux métacarpes. Ces nodules ne sont pas adhérents au plan profond et sont en forme de « chou fleur ». L’examen de la cavité buccale ne révèle aucune anomalie. L’animal se lèche les lésions par intermittence. L’examen des autres appareils est normal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Membre antérieur droit
Prolifération de nombreux nodules sur la face dorsale du membre