Queny, chien Epagneul japonais femelle stérilisée âgée de 7 ans
Poids=5 Kg

Motif de consultation

Rougeurs entre les cuisses depuis 8 mois

Anamnèse et commémoratifs

  • Initialement : érythème et pustules
  • Traitements antérieurs : enrofloxacine et prednisolone => amélioration du prurit mais pas des lésions
  • Vit en pavillon et en appartement
  • Absence de contacts avec d’autres chiens Traitement antiparasitaire spot-on (fipronil Frontline®) tous les 1,5 mois

Hypothèses diagnostiques

Entité pathologique
Arguments en faveur

Arguments en défaveur

1) dermatose parasitaire

Pulicose
- Présence de puces

 

- Prurit important
Gale sarcoptique
- Prurit important
- Lésions érythémateuses et pustuleuses sur le sternum
- Pas de contact avec d’autres animaux
- Absence de lésions sur les oreilles, ni sur les coudes
Cheylétiellose
- Prurit
- Erythème
- La forme adulte survient chez des animaux débilités
- Pas de squames en grande quantité
- Prurit important
- Lésions sur l’abdomen, pas sur le tronc

2) dermatose allergique

Dermatite par allergie aux piqûres de puces
- Présence de puces
- Fréquence du traitement anti-puces insuffisante (<1 fois / mois)
- Prurit important
- Lésions sur la base de la queue, le périnée et l’abdomen
- Erythème, pustules, collerettes épidermiques (folliculite bactérienne)
--
Allergie alimentaire
-Lésions de la face et de la région inguinale avec prurit
- Prurit chronique
- Absence de signes digestifs
Dermatite atopique (allergie aux aéro-allergènes)
- Prurit localisé sur la face et la région périnéale
- Prurit cortico-sensible
- Critères de Willemse : 3 majeurs (prurit, atteinte de la face, dermite chronique et récidivante) et 2 mineurs (érythème facial, pyodermite superficielle)
- Race non prédisposée
- Age d’apparition > 5 ans
- Absence de lésions interdigitées, ni des oreilles, ni des paupières

 

Examens complémentaires

Examen réalisé
But

Résultat


Raclages profonds

Recherche d’ectoparasites (agents de gales, Demodex sp. )

Absence d’anomalie observée

Cytologie

(calque par impression et scotch test)

Recherche de bactéries, levures, cellules
Quelques coques et polynucléaires neutrophiles
Peignage
Recherche de puces ou de déjections, de cheylétielles
Nombreuses déjections de puces

 

Diagnostic : DHPP compliquée d’une folliculite bactérienne

 

Traitement

Principe actif
Nom déposé
Posologie

Indications

Céfalexine
Rilexine®
20 mg/kg q12h jusqu’au prochain contrôle (15jours)
Traitement de la folliculite bactérienne
Shampooing à base de chlorhexidine
Pyoderm®
2 fois par semaine
Traitement de la folliculite bactérienne
Fipronil
Frontline Spray ®
7,5mg/kg, 2 fois par semaine entre les shampooings
Traitement contre les puces (adulticide)
Lufénuron
Program P®
Un comprimé par mois au moment des repas
Traitement contre les puces (ovicide uniquement)
Nettoyage mécanique de la maison : aspirateur sur tous les sols, sous les meubles, des lieux de couchage de l’animal
Elimination des puces et des larves dans l’habitat
Flufénoxuron
Perméthrine
Tiquanis habitat®
Traitement de l’ensemble des pièces de la maison où l’animal a accès, ainsi que de son lieu de couchage
Elimination des puces adultes et des larves dans l’habitat

 

Suivi

...........On constate la disparition de l’ensemble des lésions dès 8 jours de traitement. Néanmoins, les propriétaires ont noté que depuis 3 jours, un léger érythème diffus en région abdominale est réapparu ainsi que quelques lésions pustuleuses. L’observance du traitement antibiotique n’ayant pas été respecté, un traitement à base de marbofloxacine (2 mg/kg ; 1/2 comprimés par jour de Marbocyl 20 mg®) a remplacé celui à la céfalexine.

 

Discussion

Des modalités de traitement de la DHPP

......La base du traitement de la dermatite par hypersensibilité aux piqûres de puces (DHPP) est l’éviction totale et rapide de l’animal aux piqûres de puces. Cela implique donc de traiter l’animal mais aussi d’assainir son environnement [1, 2].


......L’animal doit être traité en période de crise par des molécules anti-puces à action très rapide. Des molécules telles que la perméthrine (Duowin®) ou l’imidaclopride (Advantage®, Advantix®) peuvent être utilisées. Les molécules à action systémique (telle que la sélamectine (Stronghold®)) sont à éviter en première intention mais elles gardent toute leur place dans le traitement d’entretien contre la DHPP [3]. Le fipronil est également indiqué en ce sens (100% des puces tuées, 16 jours après l’administration du spray [4]). Dans le cadre de la prévention de la DHPP, les molécules doivent être appliquées plus souvent que ce que préconise l’AMM (toutes les 2 à 3 semaines). Pour éviter les récidives, le traitement régulier de l’animal doit être maintenu toute sa vie. Le traitement anti-puces des congénères, et plus particulièrement des chats doit être réalisé avec rigueur [1].


......L’habitat étant la source majeure de puces adultes, de larves et d’œufs, il doit être assaini. Un nettoyage mécanique de l’habitat (aspirateur et lavage des sols mais aussi sous les meubles et le canapé) est obligatoire car il permet d’éliminer les formes non adultes des puces qui représentent 95% de la population des puces. Néanmoins, le nettoyage mécanique n’est efficace que sur le moment et doit être associé à un assainissement de l’environnement par un IGR (Insect Growth Regulator) pour prendre le relais dans le temps (flufénoxuron Tiquanis Habitat®) [1]. Un assainissement total de l’environnement est impossible. Par contre, en ciblant les recoins et les zones à l’abri de la lumière (couffins, coussins, plinthes, sous les meubles…) on peut obtenir une baisse suffisante de la population de puces pour le confort de l’animal allergique.


......La réussite du traitement dépend directement de la bonne compréhension du traitement par le propriétaire. Un entretien approfondi avec celui-ci est par conséquent bien souvent la clé de voute d’un traitement bien mené.

Bibliographie

[1] Carlotti DN, Jacobs DE. Therapy, control and prevention of flea allergy dermatitis in dogs and cats. Veterinary Dermatology, 2000, 11:83-98.

[2] Kust MK. Advances in the control of Ctenocephalides felis (cat flea) on cats and dogs. Trends in Parasitology, 2005, 21, 5:232-236.

[3] Dickin SK, McTier TL, Murphy MG et al. Efficacy of selamectine in the treatment and control of clinical signs of flea allergy dermatitis in dogs and cats experimentally infested with fleas. Journal of the American Veterinary MedicalAssociation, 2003, 223, 5: 639-644.

[4] Medleau L, clekis T, McArthur TR et al. Evaluation of fipronil spot-on in the treatment of flea allergic dermatitis in dogs. Journal of Small Animal Practice, 2003, 44:71-75.

 

Juin 2009,

Cas vu en consultation de parasitologie-dermatologie à l'ENVA, rédigé par Léna Olen et Mylène Vigreux dans le cadre de la thèse dirigée par Dr G. Marignac et codirigée par Dr F. Bernex.

Retour au tableau de cas

Accès à la discussion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Examen clinique

......Queny est en bon état général et ses constantes vitales sont dans les valeurs usuelles. 3 lésions nummulaires de 1 cm de diamètre, alopéciques et croûteuses en périphérie sont présentes sur la croupe et les aisselles. Un érythème alopécique associé à des pustules et des collerettes épidermiques est retrouvé sur la partie caudale de l’abdomen, près de la vulve et de l’anus. L’érythème est aussi présent sur la truffe et la bouche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Face

Chéilite

 

 

 

Base du dos

Lésion nummulaire, érythémateuse et croûteuse en périphérie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ars
Lésions nummulaires, érythémateuses et croûteuses en périphérie

 

 

 

 

 

 

Région périnéale
Alopécie érythémateuse associée à des pustules et des collerettes épidermiques