Pipo, chien Golden Retriever mâle non castré âgé de 9 ans

Motif de consultation

Alopécie évoluant depuis 20 mois

Anamnèse et commémoratifs

  • Initialement dépilation nummulaire de 3 cm de diamètre dans le cou, puis extension aux zones de frottement (région péri-anale, flancs, coudes, cuisses)
  • Absence de prurit
  • Traitement contre la dermatophytose (griséofulvine et enilconazole) pendant un mois => pas d’amélioration
    Traitement antipuces : fipronil (Frontline ®) tous les mois
  • Polyuro-polydispsie (PUPD) rapportée

Hypothèses diagnostiques

Entité pathologique
Arguments en faveur

Arguments en défaveur

1) Origine endocrinienne

 

Hypercorticisme
- Age de l’animal
- PUPD
- Abdomen pendulaire
- Peau fine
- Alopécie symétrique non prurigineuse
- Polyphagie non rapportée
Hypothyroïdie

- Age de l’animal
- Surpoids
- Alopécie symétrique non prurigineuse
- Signes cutanés uniquement caractérisés par une alopécie
Syndrome de féminisation (hyperœstrogénisme)
- Asymétrie testiculaire
- Animal âgé
- Alopécie
- Absence de ligne prépuciale, de gynécomastie, de macules hypermélaniques
Alopécie X
- Chien mâle non castré
- Alopécie localisée aux zones de frottement évoluant depuis plusieurs mois
- Race non prédisposée
- Animal un peu âgé

2) Origine parasitaire

 

Dermatophytose
- Alopécie
- Symétrie des lésions
- Traitement (Griséofulvine, Enilconazole) inefficace
Démodécie
- Alopécie et squamosis
- Age de l’animal (ou cause sous-jacente à rechercher)
- Symétrie des lésions

 

Examens complémentaires

......Dans un premier, les examens envisagés visent à explorer les hypothèses d’endocrinopathie, en particulier l’hypercorticisme et l’hypothyroïdie, les plus probables.

Examen réalisé
But

Résultat

Trichogramme
Visualisation du stade du cycle folliculaire
100% des poils en phase télogène
Cholestérolémie
Examen d’orientation : hypercholestérolémie évocatrice d’une hypothyroïdie ou d’un hypercorticisme
5,84 g/L
(Valeur usuelle<2,5 g/L)
RCCU (rapport cortisol/créatinine urinaire)
Test d’exclusion d’un hypercorticisme
225.10-6
(Valeur usuelle<10.10-6)
T4 totale
Evaluation de la fonction thyroïdienne

13 nmol/L
(Valeur usuelle> 5 nmol/L)

TSH
0,41 ng/mL
(Valeur usuelle<0,8 ng/mL)

 

......A ce stade, nous pouvons exclure l’hypothyroïdie et orienter les examens vers l’exploration de l’hypercorticisme. En effet, le RCCU ne permet pas de l’exclure, il y a une hypercholestérolémie et les poils sont tous en phase télogène.

Examen réalisé
But
Résultat
Test de stimulation à l’ACTH

Confirmation d’un hypercorticisme : recherche d’une hyperréactivité de l’axe corticotrope


T0 : 105 nmol/L
T0+1h : >1000 nmol/L
(Valeur usuelle<500nmol/L après stimulation)
->confirmation d’un hypercorticisme
Echographie abdominale
Détermination de l’origine de l’hypercorticisme
Surrénales symétriques de taille augmentée
->origine hypophysaire probable
Scanner
Confirmation de l’origine hypophysaire
Micro-adénome hypophysaire

 

Diagnostic : hypercorticisme secondaire à un micro-adénome hypophysaire

Traitement

......La molécule la plus souvent utilisée dans le traitement de l’hypercorticisme à l’heure actuelle est le trilostane (Vetoryl ®), inhibiteur de la stéroïdogenèse induisant une diminution de la synthèse de cortisol. La posologie initialement prescrite chez ce chien est de 3 mg/kg q24h, à adapter ensuite selon la réponse clinique.

Suivi

......Un premier suivi est nécessaire au bout de 10 jours afin d’évaluer la réponse clinique, les paramètres biochimiques (ionogramme pour écarter une insuffisance en minéralocorticoïdes secondaire à l’administration de trilostane), la réponse au test de stimulation à l’ACTH. Selon les résultats, les suivis sont espacés tous les mois puis tous les trois mois.


......Le suivi de l’animal n’a pas été fait à l'école.

Discussion

......Les hypothèses diagnostiques dans le cas de Pipo étaient principalement d’origine endocrinienne. En effet, l’épidémiologie et la présentation clinique étaient fortement en faveur d’une endocrinopathie : absence de prurit, alopécie diffuse, atteinte des flancs et des zones de frottement, animal âgé, PUPD, évolution lente.


......L’exploration nécessite la réalisation de nombreux examens complémentaires entraînant un coût élevé pour le propriétaire. Dans notre cas seuls l’hypercoticisme et l’hypothyroïdie ont été explorés, car ce sont les maladies les plus fréquentes. L’exploration d’un syndrome de féminisation aurait imposé la réalisation d’une échographie abdominale, et pour l’alopécie X une biopsie cutanée aurait été utile pour orienter le diagnostic.


......D’autre part, il aurait été intéressant d’effectuer des raclages cutanés, afin d’explorer l’hypothèse d’une démodécie. En effet, un animal présentant un hypercorticisme est immunodéprimé, ce qui peut favoriser l’apparition de cette ectoparasitose. Malheureusement, comme le suivi n’a pas été fait à l’école, nous ne savons pas si le trilostane seul a permis une rémission des signes cutanés.

Juin 2009,

Cas vu en consultation de parasitologie-dermatologie à l'ENVA, rédigé par Léna Olen et Mylène Vigreux dans le cadre de la thèse dirigée par Dr G. Marignac et codirigée par Dr F. Bernex.

Retour au tableau de cas

Accès à la discussion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Examen clinique

......A l’examen général, les paramètres vitaux sont normaux, mais l’animal est en léger surpoids, il présente une asymétrie testiculaire et son abdomen est pendulaire. L’examen dermatologique met en évidence une alopécie symétrique, diffuse en région cervicale, inguinale et péri-anale, sur les flancs, les coudes et les cuisses ainsi qu’un squamosis. La peau est fine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Région cervicale

 

Flancs

 

 

 

 

Région péri-anale

 

Région inguinale

 

.....Bilan : chien mâle non castré de 9 ans présentant une alopécie symétrique non prurigineuse, un squamosis, un abdomen pendulaire, une asymétrie testiculaire, une peau fine, associés à une PUPD.