Caline, chiot Rottweiler femelle âgée de 9 semaines

Motif de consultation

Syndrome fébrile et écoulement oculaire bilatéral muco-purulent, apparus brutalement quatre jours auparavant.

Anamnèse et commémoratifs

  • Même type de symptômes chez deux autres chiots de la portée une semaine plus tôt, mais aucun contact avec ce chiot depuis une semaine
  • Absence de prurit

Hypothèses diagnostiques

Entité pathologique
Arguments en faveur

Arguments en défaveur

1) Origine parasitaire

 


Pyodémodécie

- Animal jeune
- Race prédisposée
- Abattement marqué
- Aspect lésionnel (érythème, pustules)
- Absence de prurit

2) Origine immunitaire (suspectée)

 

Cellulite juvénile
- Chiot de neuf semaines
- Plusieurs chiots d’une même portée atteints
- Abattement d’apparition aigue
- Adénomégalie rétro-mandibulaire, œdème facial
- Lésions cutanées faciales, oculaires et auriculaires

 

Examens complémentaires

Examen réalisé
But

Résultat

Raclages profonds

Recherche de Demodex
Absence de Demodex
Calque cutané (lésions pustuleuses)
Recherche de signes d’inflammation et d’une surinfection
Nombreux polynucléaires neutrophiles et macrophages, absence de bactéries = inflammation cutanée suppurée stérile

 

 

Macrophage spumeux (présence de lipides dans les vacuoles)


Polynucléaire neutrophile

 

Conclusion : le contexte épidémiologique, clinique et les examens réalisés nous permettent de porter un diagnostic de cellulite juvénile.

 

Traitement

Principe actif
Nom déposé
Posologie

Indications

Chlorhexidine solution

Hibitane ®
q24h
Antiseptique
Prednisolone
Megasolone ®
1 mg/kg q12h
Immunosuppresseur
Clindamycine
Antirobe ®
11 mg/kg q24h
Prévention d’une surinfection bactérienne

Dexaméthasone et Framycétine

Fradexam ®
q12h
Traitement de la blépharite
 
Ocrygel ®
q12h
Gel oculaire protecteur

 

Suivi

 

 

......L’état général de l’animal s’est amélioré, les lésions faciales ont nettement régressé : l’évolution est très favorable. Le traitement initialement mis en place a été poursuivi pendant trois semaines.

Discussion

Un cas typique de cellulite juvénile

......Nous retrouvons chez ce chiot tous les aspects épidémiologiques et cliniques conduisant à une suspicion de cellulite juvénile.


......Cette entité pathologique touche principalement les chiots âgés de un à quatre mois, même si des cas ont été décrits chez des chiens adultes [1]. Au sein d’une portée, plusieurs chiots sont parfois atteints, sans qu’il y ait de contagion : une origine immunitaire avec prédisposition génétique est suspectée.


......Concernant les symptômes, ils sont caractérisés par l’apparition brutale d’un abattement, associé à une adénomégalie rétro-mandibulaire bilatérale, des lésions cutanées localisées à la face, aux pavillons auriculaires, aux paupières et aux lèvres (pustules, érosions, ulcères, furoncles). On retrouve également de façon habituelle une hyperthermie, une anorexie ou une douleur articulaire sont inconstantes [1, 2].


......Afin de porter le diagnostic, plusieurs examens complémentaires sont utilisables :
- cytologie de lésion intacte : nombreux polynucléaires neutrophiles et macrophages, absence de bactéries
- culture bactérienne de lésion intacte : négative
- biopsie (cutanée ou de nœud lymphatique) : inflammation pyogranulomateuse [3]
- ponction articulaire (en cas de douleur articulaire) : arthrite suppurée aseptique, absence de bactéries [1].

......Le traitement nécessite la mise en place d’une corticothérapie à dose immuno-suppressive (prednisolone à 2mg/kg/jour) jusqu’à inactivation des lésions (en général 10 à 14 jours). Un traitement antibiotique est également nécessaire afin de contrôler les surinfections bactériennes (utilisation de céphalosporines ou de clindamycine) [1,2].

......Le pronostic est bon si un traitement est mis en place, mais une cellulite juvénile non traitée peut conduire à la mort de l’animal. Des rechutes sont possibles à l’arrêt du traitement [1].

Bibliographie

[1] White SD et al, Juvenile cellulitis in dogs: 15 cases (1979-1988), Journal of the American Veterinary Medical Association, 1989, 195: 1609-1611.
[2] Hutchings SM, Juvenile cellulitis in a puppy, Canadian Veterinary Journal, 2003, 44: 418-419.
[3] Reimann KA et al, Clinicopathologic characterization of canine juvenile cellulitis, Veterinary Pathology, 1989, 26: 499-504.

Juin 2009,

Cas vu en consultation de parasitologie-dermatologie à l'ENVA, rédigé par Léna Olen et Mylène Vigreux dans le cadre de la thèse dirigée par Dr G. Marignac et codirigée par Dr F. Bernex.

Retour au tableau de cas

Accès à la discussion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Examen clinique

......L’animal est abattu. A l’examen général, on note une hyperthermie et une adénomégalie rétro-mandibulaire bilatérale importante, un œdème facial, ainsi qu’une blépharite bilatérale associée à un écoulement oculaire muco-purulent bilatéral. A l’examen dermatologique, on observe un érythème modéré des conduits auditifs externes sans réflexes oto-podal ni audito-podal associés. Sur la face, les lésions cutanées sont localisées aux jonctions cutanéo-muqueuses et caractérisées par un gonflement, une exsudation, une alopécie, un érythème, des pustules et des croûtes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Face

Œdème, blépharite purulente, lésions cutanées aux jonctions cutanéo-muqueuses (alopécie, érythème, pustules, croûtes)

 

 

 

 

 

Vulve

Erythème, pustules