Petit Gris, chat mâle castré européen de 11 ans

Motif de consultation

Lésion sanguinolente de la narine droite évoluant depuis 6 semaines

Anamnèse

  • Lésion évoluant depuis 6 semaines
  • Lésion sanguinolente depuis 1 semaine

Hypothèses diagnostiques

Entité pathologique
Arguments en faveur

Arguments en défaveur

1) néoplasie
Carcinome épidermoïde


- Animal âgé (11 ans)
- Tuméfaction, ulcéres et nécrose
- Lésions localisées en zone dépigmentée
-
Mastocytome
- Animal âgé (11 ans)
- Lésion ulcérée
- Localisation atypique
- Forme non nodulaire
Tumeur secondaire à un virus (FeLV)
- Animal âgé (11 ans)
- Lésion unique à localisation faciale, ulcérée
- Vomissements chroniques
-
2) origine allergique
Complexe granulomateux éosinophilique
- Présence d’excréments de puces
- Lésion ulcérée touchant discrètement la lèvre supérieure
- Absence de prurit
- Localisation atypique (restreint à la lèvre supérieure habituellement)
3) origine auto-immune
Pemphigus foliacé
- Localisation faciale
- Lésion ulcérée et croûteuse
- Atteinte de la truffe et des lèvres
- Absence de prurit
- Animal âgé (>5 ans)
- Lésion unique
- Rare chez le chat
4) origine traumatique
Brûlure, choc
- Localisation (truffe)
- Lésion focale, croûteuse et ulcérée
- Aucun antécédent de brûlure observé
- Evolution chronique, lente

Examens complémentaires

Examen réalisé
But

Résultat

Calque cutané
(
sur la narine ulcérée) pour cytologie
Recherche de cellules morphologiquement anormales, de mastocytes, de granulocytes éosinophiles ou de neutrophiles
Aucune anomalie
Sérologie FelV/FIV
Recherche d’une infection sous-jacente par un virus oncogène
Sérologies négatives
Numération formule sanguine
Recherche d’une numération sanguine en faveur d’une infection virale (FeLV)
NFS dans les valeurs usuelles
Biopsie
(sur la narine et la babine)
Mise en évidence de lésions diagnostiques (pemphigus, carcinome épidermoïde)
Carcinome épidermoïde

 

Diagnostic: Carcinome épidermoïde

 

Traitement

......Aucun traitement spécifique n’a été entrepris sur ce chat hormis un traitement visant à éviter la surinfection de la lésion.

Principe actif
Nom déposé
Posologie

Indications

Cefalexine

Rilexine®
15 mg/kg q12h pendant 1 mois
Traitement des surinfections cutanées
Mupirocine
Mupiderm®
1 application par jour pendant 3 semaines
Traitement topique des surinfections cutanées

 

Suivi

......Les propriétaires ne se sont pas présentés à la consultation de suivi.

 

Discussion

Des modalités de traitement d’un carcinome épidermoïde nasal du chat

......Différentes options thérapeutiques sont à disposition du praticien pour le traitement d’un carcinome nasal. Le choix se fait en fonction de l’étendue de la tumeur et de la disponibilité des traitements.


......La truffectomie reste le traitement de choix et de première intention. Il s’agit de réaliser une exérèse aussi large que possible de façon à obtenir des marges saines. En cas d’impossibilité, elle pourra être complétée par de la radiothérapie ou de la chimiothérapie (carboplatine). Cette opération est habituellement bien supportée à condition de réaliser une analgésie adéquate (bloc sur le nerf infraorbitaire bilatéral) et reste esthétiquement acceptable.


......La cryothérapie est une technique qui consiste à appliquer de l’azote liquide (-20°C) sur la tumeur. Le froid tue les cellules cancéreuses du fait de la formation de cristaux de glace à l’intérieur et à l’extérieur de la cellule. Cette méthode est à réserver aux tumeurs superficielles de petite taille (<5mm). Utilisée dans d’autres contextes, le taux de récidive est élevé [1].


......La radiothérapie au 90 Strontium a été évaluée récemment dans une étude portant sur 49 chats. Celle-ci a montré une réponse totale au traitement chez 88% des chats. La médiane de survie est de 8 ans en moyenne avec un pourcentage de récidive de 20%. Les animaux n’ayant répondu que partiellement au traitement ont une médiane de survie plus courte (581 jours contre 3076 jours) ce qui implique d’augmenter les doses de radiation dès le début si la réponse est inférieure à celle escomptée [2]. La radiothérapie est donc un traitement efficace mais réservé aux tumeurs de petite taille (<5mm) et peu invasives. Ses limites restent le manque de disponibilité, le coût et la nécessité de nombreuses anesthésies pour l’ensemble des séances.


......La chimiothérapie par injections intralésionnelles au carboplatine montre des résultats encourageants (70% de rémission complète avec un pourcentage de récidive de 30% [3]) et peuvent être une alternative à la radiothérapie sur les petites tumeurs ou lorsque la chirurgie n’a pas permis de retirer l’ensemble de la tumeur.


......Une étude récente [4] a évalué l’intérêt de la photothérapie dynamique avec un agent photosensible (5-ALA) et un rayonnement lumineux rouge de haute intensité sur 55 chats. 85% des chats ont totalement répondu au traitement avec néanmoins un taux de récidive de 51%. Cette méthode est donc intéressante mais n’est actuellement pas disponible en routine.

 

En conclusion, on conseille de réaliser en première intention une truffectomie large. Si cela reste insuffisant, un protocole de radiothérapie ou de chimiothérapie en fonction des disponibilités peut compléter la chirurgie.

Bibliographie

[1] Thomson M. Squamous cell carcinoma of the nasal planum in cats and dogs. Clinical Techniques in Small Animal Practice, 2007, 22:42-45.

[2] Hammond GM, Gordon IK, Theon AP, Kent MS. Evaluation of strontium Sr 90 for the treatment of superficial squamous cell carcinoma of the nasal planum in cats: 49 cases (1990-2006). Journal of the American Veterinary Medical Association, 2007, 231(5): 736-741.

[3] Theon AP, Van Vechten MK, Madewell BR. Intratumoral administration of carboplatin for treatment of squamous cell carcinomas of the nasal plane in cats. The American Journal of Veterinary Research, 1996, 57: 205-210.

[4] Bexfield NH, Stell AJ, Gear RN, Dobson JM. Photodynamic therapy of superficial nasal planum squamous cell carcinomas in cats: 55 cases. Journal of Veterinary Internal Medecine, 2008, 22:1385-1389.

Juin 2009,

Cas vu en consultation de parasitologie-dermatologie à l'ENVA, rédigé par Léna Olen et Mylène Vigreux dans le cadre de la thèse dirigée par Dr G. Marignac et codirigée par Dr F. Bernex.

Retour au tableau de cas

Accès à la discussion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Examen clinique

......L’animal est en bon état général et ses constantes vitales sont dans les valeurs usuelles. Il vomit plusieurs fois par semaine depuis plusieurs années. L’examen bucco-dentaire montre un tartre important associé à de l’halithose. L’examen dermatologique révèle une tuméfaction de la truffe avec une ulcération de la narine droite. La lèvre supérieure gauche est discrètement érodée. Aucun prurit n’est rapporté. On constate également la présence d’excréments de puces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Narine droite
Ulcères et croûtes