Simba, chat européen mâle castré âgé de 5 ans

Motif de consultation

Prurit permanent intense associé à une alopécie et des croûtes en région dorso-lombaire et sur la face depuis deux semaines

Anamnèse et commémoratifs

  • Episode similaire deux ans plus tôt : prurit important, lésions alopéciques et croûteuses au niveau dorso-lombaire et dans le cou, absence de traitement anti-puces => diagnostic de DHPP
  • Traitement mis en place : prednisone (Cortancyl®), fipronil (Frontline® spray), lufénuron (Program®), pyrantel+praziquantel (Drontal® chat)
  • Vit en pavillon avec accès libre à l’extérieur, avec un chien ne présentant pas de lésions dermatologiques et traité contre les puces (Frontline®, Program®)
  • Trois épisodes de cystites sur cristaux de PAM il y a deux ans : alimentation Hill’s c/d depuis
  • Vomissements de boules de poils plusieurs fois par semaine

Hypothèses diagnostiques

Entité pathologique
Arguments en faveur

Arguments en défaveur

1) Origine allergique
(plusieurs allergies concomitantes possibles)

 

Dermatite par hypersensibilité aux piqûres de puces

- Prurit facial et lombaire
- Alopécie extensive et dermatite miliaire
- Rémission sous corticoïdes et traitement antipuces
- Chat et congénère traités contre les puces
Allergie alimentaire
- Age d’apparition des lésions (premier épisode à trois ans)
- Prurit facial
- Alopécie extensive et dermatite miliaire
- Absence de troubles digestifs
Dermatite atopique

- Age d’apparition des lésions
- Prurit facial
- Alopécie extensive et dermatite miliaire
- Rémission sous corticoïdes

2) Origine parasitaire

 

Cheylétiellose
- Prurit
- Alopécie et squamosis en région dorso-lombaire et sur la face
- Rémission sous corticoïdes
- Absence de contagiosité (chien sans lésions cutanées)
Gale notoédrique
- Prurit facial intense
- Croûtes et alopécie sur la face
- Maladie non décrite en France actuellement
- Rémission sous corticoïdes
- Alopécie extensive dorso-lombaire
- Pavillons auriculaires non atteints
- Absence de « casque croûteux » caractéristique
Dermatophytose
(forme généralisée)

- Alopécie et squamosis
- Prurit intense
- Rémission sous corticoïdes
- Animal adulte en bonne santé avant l’apparition des symptômes
- Absence de contagiosité

3) Origine comportementale

 

Dermatose psychogène
- Alopécie extensive et dermatite miliaire
- Léchage important
- Rémission sous corticoïdes
- Absence de trouble du comportement associé

Examens complémentaires

Examen réalisé
But

Résultat

Scotch®test

Recherche d’ectoparasites (Cheyletiella)
Négatif
Raclages cutanés
Recherche d’ectoparasites
(Notoedres cati)
Négatif
Trichogramme
Recherche de poils teigneux, observation de la structure des poils
Extrémité des poils cassés = alopécie auto-induite

 

Conclusion : hypothèses parasitaires exclues, forte suspicion d’allergie, plusieurs entités pathologiques pouvant être associées (DHPP, allergie alimentaire et dermatite atopique)

 

Traitement

......Le diagnostic de DHPP ayant déjà été porté il y a deux ans, il est nécessaire que le chat soit traité rigoureusement contre les puces.

Principe actif
Nom déposé
Posologie

Indications

Fipronil
Frontline ®
Une pipette toutes les trois semaines, à vie
Traitement antipuces
(action sur les adultes)
Lufénuron
Program ®
Une ampoule tous les six mois
Traitement antipuces
(action sur les larves)
Flufénoxuron et Perméthrine
Tiquanis ® habitat
Application dans toute la maison
Traitement de l’environnement contre les puces
Prednisolone
Megasolone ®
0,5 mg/kg q12h pendant une semaine puis 0,5 mg/kg q24h pendant une semaine
Traitement du prurit

.....Pour explorer l’hypothèse d’une allergie alimentaire, un régime d’éviction ménager va être mis en place, suivi d’un test de provocation afin de déterminer si l’animal est allergique à un aliment et si c’est le cas de savoir à quel aliment il est allergique.


Régime d’éviction : 120 g de viande de Cheval + 1 cuillère à café d'huile de colza + 90 g de pommes de terre avec peau ou de purée sans lait + Phosoforme® 2 gouttes/repas (acidification du pH urinaire pour éviter l’apparition de cristaux de PAM)

 

......Pendant ces deux mois, les lésions dermatologiques se sont améliorées et le prurit a régressé. Au bout de deux mois, un test de provocation est fait avec de l’œuf, et 48 heures après l’introduction de cet aliment, le chat a présenté un prurit très important.

 

Diagnostic : allergie alimentaire à l’œuf, associée à une DHPP et peut-être une dermatite atopique (non explorée ici)

 

Juin 2009,

Cas vu en consultation de parasitologie-dermatologie à l'ENVA, rédigé par Léna Olen et Mylène Vigreux dans le cadre de la thèse dirigée par Dr G. Marignac et codirigée par Dr F. Bernex.

Retour au tableau de cas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Examen clinique

......L’animal apparaît abattu mais l’examen général ne révèle pas d’anomalie. A l’examen dermatologique, on observe une alopécie extensive de la région dorso-lombaire et de la face (région pré-auriculaire) associée à des squames et de nombreuses croûtes de petite taille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Région dorso-lombaire

Alopécie extensive, squames et croûtes

 

 

Zone pré-auriculaire

Alopécie et croûtes

 

 

 

 

......Bilan : prurit facial et lombaire associé à une alopécie extensive et une dermatite miliaire chez un chat de cinq ans, régressant avec des corticoïdes et un traitement antipuces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour au tableau de cas