Câline, chat européen femelle âgée de 4 ans

Motif de consultation

Lésions sur les coussinets des membres postérieurs

Anamnèse et commémoratifs

  • Abattement et boiterie postérieure depuis deux mois
  • Lésions des coussinets passant d’un doigt à l’autre
  • Traitement déjà mis en place : anti-inflammatoire et antibiotique, sans amélioration
  • Absence de prurit associé
  • Conjonctivite bilatérale traitée par néomycine+polymyxine B (Tevemyxine®) et framycétine+déxaméthasone (Fradexam®)
  • FIV et FeLV négatif
  • Aucun voyage rapporté

Hypothèses diagnostiques

Entité pathologique
Arguments en faveur

Arguments en défaveur

1) Origine virale

 


Herpesvirus



- Conjonctivite
- Fissuration des coussinets
- Absence d’atteinte du tractus respiratoire
Calicivirus
- Fissuration des coussinets
- Absence d’atteinte du tractus respiratoire et d’ulcère buccal

2) Origine allergique

 

Complexe granulome éosinophilique félin
- Nodules et fissurations des coussinets
- Absence de prurit

3) Origine immunologique

 

Pemphigus foliacé
- Age de l’animal
- Lésions non prurigineuses
- Aucune autre localisation lésionnelle (face, replis unguéaux, mamelles)
Vascularite
- Fissuration des coussinets
- Douleur
- Aucune autre localisation lésionnelle (queue, pavillons auriculaires, chanfrein)
Pododermatite plasmocytaire
- Gonflement et fissuration des coussinets
- Boiterie

4) Origine tumorale

 

Lymphome cutané T-épithéliotrope
- Abattement
- Lésions des coussinets
- Jeune chat

 

Examens complémentaires

Examen réalisé
But

Résultat

Frottis conjonctival
PCR Calicivirus et Herpès virus
Négatif
Biopsie de deux coussinets
PCR et analyse histo-pathologique
Pododermatite lympho-plasmocytaire non due à une Calicivirose

 

Diagnostic : pododermatite lympho-plasmocytaire

Traitement

Principe actif
Nom déposé
Posologie

Indications

Doxycycline
Doxyval ®
10 mg/kg q24h
Immuno-modulateur
Vitamine PP
Nicobion ®
25 mg/kg q24h
Renforce l’activité de la Doxycycline
Dexaméthasone
Dexalone ®
Injection de 0,5 mL (0,2mg/kg)
Anti-inflammatoire

 

Suivi

......Aucun suivi n’a été fait à l’école.

 

Discussion

......La pododermatite plasmocytaire est une affection rare décrite uniquement chez le chat, dont l’étio-pathogénie est encore inconnue mais pour laquelle une composante immunitaire est suspectée (infiltration plasmocytaire, hypergammaglobulinémie, réponse aux corticoïdes à dose immunosuppressive). Aucune prédisposition de race, d’âge ou de sexe n’est rapportée [1].


......Cliniquement, l’animal présente un gonflement d’un ou plusieurs coussinets, suivi d’une fissuration et parfois de saignements. Quelques cas sont décrits de stomatite plasmocytaire, d’amyloïdose rénale ou de glomérulonéphrite par dépôt d’immuns complexes en association avec l’atteinte des coussinets. Un test FIV positif est assez souvent signalé [1].


......Le diagnostic différentiel est large, incluant les dermatoses d’origine immune (pemphigus, vascularite, pododermatite plasmocytaire), virales, allergiques, les mycoses et les tumeurs [2]. Une biopsie des coussinets est indispensable pour pouvoir établir un diagnostic. Elle révèle la présence d’un infiltrat cellulaire à dominante plasmocytaire dans le derme et l’hypoderme, principalement en région péri-vasculaire [1]. Une électrophorèse des protéines sériques met souvent en évidence une hypergammaglobulinémie [1,2].


......Concernant le traitement, les cas décrits dans la littérature font majoritairement appel aux glucocorticoïdes, donnant de bons résultats à dose immunosuppressive (1-4mg/kg/jour initialement puis à dose décroissante) pendant un à deux mois. Une exérèse chirurgicale des coussinets atteints est possible et donne de bons résultats. Enfin, peu d’études décrivent l’utilisation de la doxycycline (molécule de la famille des cyclines, aux propriétés anti-infectieuses et immuno-modulatrices), comme dans notre cas, mais les résultats obtenus sont encourageants et elle apparaît comme une bonne alternative aux corticoïdes [3].

Bibliographie

[1] Pereira PD, Faustino AMR, Feline plasma cell pododermatitis: a study of 8 cases, Veterinary Dermatology, 2003, 14: 333-337.
[2] Taylor JE, Schmeitzel LP, Plasma cell pododermatitis with chronic footpad hemorrhage in two cats, Journal of the American Veterinary Medical Association, 1990, 197: 375-377.
[3] Cadiergues MC, Delverdier M, Franc M, Feline plasma cell pododermatitis : a clinical case and literature review, Revue Médicale Vétérinaire, 2002, 153(5): 311-313.

 

Juin 2009,

Cas vu en consultation de parasitologie-dermatologie à l'ENVA, rédigé par Léna Olen et Mylène Vigreux dans le cadre de la thèse dirigée par Dr G. Marignac et codirigée par Dr F. Bernex.

Retour au tableau de cas

Accès à la discussion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Examen clinique

......L’examen général révèle une adénomégalie des nœuds lymphatiques poplités ainsi qu’un écoulement oculaire muqueux bilatéral. A l’examen dermatologique, les lésions apparaissent limitées aux coussinets des membres postérieurs et sont caractérisées par une consistance molle, un gonflement, des nodules et des fissurations. Leur taille reste normale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coussines

Gonflement, fissurations