Rex, chiot Berger Allemand mâle âgé de 8 mois

Motif de consultation

Prurit localisé à la face et au cou

Anamnèse et commémoratifs

  • Evolution depuis l’âge de deux mois
  • Vit avec un autre chien ne présentant pas de prurit
  • Traitement antipuces une fois par mois : sélamectine (Stronghold ®)
  • Lésions initiales d’après les propriétaires : plaques et croûtes au niveau de la tête et du cou

Hypothèses diagnostiques

Entité pathologique
Arguments en faveur

Arguments en défaveur

1) Origine parasitaire

 

Démodécie

- Age d’apparition
- Atteinte de l’état général
- Lésions initialement localisées à la face
- Absence de contagiosité
- Aspect lésionnel
- Prurit
- Comédons

Gale sarcoptique
- Jeune animal
- Aspect et topographie lésionnels
- Prurit intense
- Absence de contagiosité
- Comédons
- Traitement régulier avec de la sélamectine
- Réflexe oto-podal négatif

2) Origine allergique

 

Dermatite atopique
- Aspect et topographie lésionnels
- Prurit chronique
- Race non prédisposée
- Apparition des symptômes dès l’âge de 2 mois
- Comédons

 

Examens complémentaires

Examen réalisé
But

Résultat

Raclage des comédons
Recherche de Demodex et de Sarcoptes
Nombreux Demodex visibles au microscope

Calque/scotch-test (cou)
Recherche de complications infectieuses
Présence de nombreuses coques

 

Diagnostic : pyodémodécie

Traitement

Principe actif
Nom déposé
Posologie

Indications

Amitraz
Ectodex ®
Solution à 0,05%
2 fois par semaine
Acaricide : action contre les Demodex

Céfalexine
Rilexine ®
15mg/kg q12h

Traitement de la surinfection bactérienne
Peroxyde de Benzoyle
Paxcutol ®
Deux fois par semaine
Shampooing antiseptique, kératolytique, cicatrisant

 

......Un suivi régulier est nécessaire, tous les mois afin de contrôler par des raclages la présence de Demodex. Le traitement doit être poursuivi jusqu’à obtenir deux raclages consécutifs négatifs.

Suivi

......L’évolution clinique est favorable. Les calques cutanés mettent en évidence une surinfection bactérienne (coques) et les raclages la présence de Demodex adultes. Le traitement est poursuivi.

 

......Au deuxième contrôle, les lésions cutanées ont nettement régressé : les croûtes ont disparu, les poils repoussent, l’érythème ne persiste qu’au niveau du cou. Il y a toujours présence de bactéries sur les calques cutanés mais aucun Demodex n’a pu être mis en évidence par les raclages.

 

 

 

Cou

Disparition des croûtes mais persistance de l’érythème et d’une lichénification

 

Cou (face ventrale)

Disparition des croûtes, érythème persistant, début de repousse des poils

 

 

 

 

Ventre

Repousse des poils, disparition de l’érythème

 

......Le traitement a ainsi été maintenu jusqu’au contrôle suivant où les calques et les raclages ont été négatifs.

Discussion

Remarque concernant le choix des principes actifs chez cet animal

......L’amitraz, acaricide choisi pour traiter la démodécie, est une molécule qui se dissout mal dans l’eau. Il est nécessaire que le film lipidique présent à la surface de la peau soit préservé pour que l’amitraz pénètre au fond des follicules pileux et atteigne les Demodex. Il est donc légitime de s’interroger sur l’intérêt de l’utilisation d’un shampooing à base de peroxyde de benzoïle, en association avec l’amitraz. Ce shampooing est intéressant en parallèle du traitement antibiotique pour lutter contre la surinfection bactérienne, mais son emploi risque de limiter l’efficacité de l’acaricide en altérant le film lipidique. Malgré tout, le suivi a montré une nette amélioration avec ce traitement.

 

Etio-pathogénie et présentation clinique de la démodécie juvénile

......La présentation clinique est évocatrice d’une démodécie juvénile. Les lésions cutanées sont apparues au cours de la première année, elles sont localisées à la tête et aux parties déclives du corps, et caractérisées par une alopécie, un érythème, un squamosis, des papules, des pustules et des croûtes. Des symptômes généraux sont présents : hyperthermie, abattement, lymphadénopathie.

......Lors de démodécie juvénile, les symptômes peuvent apparaître jusqu’à l’âge d’un an mais l’acquisition de la flore cutanée, dont les Demodex, a lieu pendant les trois premiers jours de vie du chiot par contact avec la mère (lait, léchage). Près de 50% des chiens adultes sont porteurs sains de Demodex [1]. La démodécie juvénile est la conséquence d’une immunosuppression, survenant par deux mécanismes : la production de substances immunosuppressives par le parasite lui-même, et un déficit immunitaire en lymphocytes T spécificique des Demodex, sans doute d’origine héréditaire, chez le chiot. Il est donc conseillé de retirer de la reproduction les animaux ayant donné naissance à des chiots présentant une démodécie, ainsi que leurs descendants [1,2].

......Deux formes de démodécie sont observées : localisée ou généralisée. Cette dernière apparaît d’emblée ou suite à une démodécie localisée. La démodécie localisée se présente généralement sous la forme d’une alopécie nummulaire érythémateuse et squameuse localisée à la face ou aux parties déclives du corps. Une régression spontanée est fréquente. La pododémodécie et l’otodémodécie, sont également des formes localisées. La présentation clinique de la démodécie généralisée est au contraire polymorphe (érythème, alopécie, hyperpigmentation, comédons, pustules, furoncles). Les comédons sont le signe d’une atteinte folliculaire, qui est fortement en faveur d’une démodécie. Une surinfection bactérienne est fréquente et aggrave les lésions. L’état général peut être altéré comme cela était le cas des trois chiens dans notre présentation. Dans certains cas graves et en l’absence de traitement, la démodécie peut conduire au décès de l’animal [1].

Bibliographie

[1] Gortel K, Update on canine demodicosis, Veterinary Clinics of North America: Small Animal Practice, 2006, 36: 229-241.
[2] Barriga OO, Al-Khalidi NW, Martin S, Wyman M, Evidence of immunosuppression by Demodex canis, Veterinary Immunology and Immunopathology, 1992, 32: 37-46.

Juin 2009,

Cas vu en consultation de parasitologie-dermatologie à l'ENVA, rédigé par Léna Olen et Mylène Vigreux dans le cadre de la thèse dirigée par Dr G. Marignac et codirigée par Dr F. Bernex.

Retour au tableau de cas

Accès à la discussion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Examen clinique

......L’examen général révèle une hyperthermie (T=39,8°) ainsi qu’une hypertrophie des nœuds lymphatiques pré-scapulaires. Le prurit est présent et de forte intensité. A l’examen dermatologique, on observe une atteinte majeure de la tête et du cou avec alopécie, érythème, croûtes, hyperpigmentation et lichénification. On note également une alopécie diffuse du tronc et du ventre, avec de nombreux comédons et des zones érythémateuses en région inguinale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Face

Erythème, alopécie et croûtes, surtout au niveau du chanfrein et autour des yeux, pavillons auriculaires non atteints et réflexe oto-podal négatif

 

 

 

Cou (face latérale)

Atteinte majeure avec érythème, alopécie, croûtes et lichénification

 

 

Cou (face ventrale)

Erythème, alopécie et croûtes

 

 

 

 

Tronc

Alopécie diffuse

 

 

Région inguinale

Erythème, papules

 

 

 

 

 

Ventre

Alopécie diffuse, érythème, comédons

 

Nombreux comédons sur le ventre


......Bilan : dermatose non contagieuse apparue à l’âge de deux mois, caractérisée par une atteinte généralisée avec alopécie, érythème, croûtes, hyperpigmentation, lichénification et comédons, plus importante au niveau de la face et du cou.