Filou, chat européen mâle âgé de deux ans

Motif de consultation

Lésions buccales apparues à l’âge de quatre mois

Anamnèse et commémoratifs

  • Aucun prurit
  • Traitement déjà prescrit : antibiotique et anti-inflammatoire (AINS et corticoïdes) sans amélioration
  • Traitement antipuces irrégulier

Hypothèses diagnostiques

Entité pathologique
Arguments en faveur

Arguments en défaveur

1) Origine allergique

 

Dermatite par hypersensibilité aux piqûres de puces (DHPP)
- Traitement antipuces irrégulier
- Ulcère indolent et granulome éosinophilique
- Absence de prurit
Allergie alimentaire
- Ulcère indolent et granulome éosinophilique
- Absence de prurit
- Aucun trouble digestif rapporté
Dermatite atopique
- Ulcère indolent et granulome éosinophilique
- Age d’apparition des symptômes
- Absence de prurit

2) Origine virale

 

Calicivirose
- Lésions ulcératives de la cavité buccale
- Animal ayant un accès permanent à l’extérieur
- Aucun autre symptôme évocateur (hyperthermie, jetage nasal)
Herpèsvirose
- Lésions ulcératives de la cavité buccale, animal ayant un accès permanent à l’extérieur

- Aucun autre symptôme évocateur (hyperthermie, atteinte oculaire)

 

Examens complémentaires

Examen réalisé
But

Résultat

Calque des lésions
Caractérisation des cellules présentes, recherche de complications
Granulocytes éosinophiles et neutrophiles, plasmocytes, coques
PCR (cavité buccale)
Recherche Calicivirus et Herpèsvirus
Négatif
Numération-formule sanguine
Recherche d’une éosinophilie (orientant vers une cause parasitaire ou allergique)
Eosinophiles=19%
(Valeur usuelle=2-10%)

 

Conclusion : complexe granulomateux éosinophilique félin, dont l’origine est indéterminée (allergie alimentaire, DHPP, dermatite atopique, allergie de contact), confirmation de l’étiologie après épreuve thérapeutique

Traitement

Principe actif
Nom déposé
Posologie

Indications

Sélamectine
Stronghold ®

1 pipette par mois, à vie
Traitement antipuces (dans l’hypothèse d’une DHPP)
Clindamycine
Antirobe ®
11mg/kg q24h jusqu’au contrôle
Traitement de la surinfection bactérienne

 

......Une alimentation hypoallergénique est prescrite afin d’explorer l’hypothèse de l’allergie alimentaire. Pendant deux mois l’animal ne devra ingérer que cette alimentation.

Suivi

......Les lésions se sont nettement améliorées : les ulcères sont en cours de cicatrisation, ainsi que la plaque (érythème moins marqué).

Lèvre supérieure

Croûtes et érythème en régression

 

Palais mou

Erythème en régression

 

......Bilan : le traitement antibiotique est pousuivi jusqu’à résolution des lésions, l’alimentation hypoallergénique doit également être maintenue, en parallèle d’un traitement régulier contre les puces.

Discussion

......Le complexe granulomateux éosinophilique est très fréquent chez le chat. Il peut se manifester sous la forme d’un ulcère indolent (lèvre supérieure), d’une plaque éosinophilique (abdomen, cuisse, ars) ou d’un granulome éosinophilique (cuisse, espace inter-digité, cavité buccale, face). Nous avons retrouvé chez ce chat deux de ces formes.

......La réussite du traitement repose sur l’identification, parfois délicate, de la cause sous-jacente : dermatite par hypersensibilité aux piqûres de puces, allergie alimentaire, dermatite atopique ou allergie de contact. Chez ce chat, la mise en place concomitante d’un traitement antipuces et d’un régime alimentaire hypoallergénique ne nous permet pas de conclure quant à l’origine de cette pathologie mais l’amélioration rapide (deux semaines) oriente plutôt vers une DHPP.

Juin 2009,

Cas vu en consultation de parasitologie-dermatologie à l'ENVA, rédigé par Léna Olen et Mylène Vigreux dans le cadre de la thèse dirigée par Dr G. Marignac et codirigée par Dr F. Bernex.

Retour au tableau de cas

Accès à la discussion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Examen clinique

......L’examen clinique général ne révèle pas d’anomalie, hormis une hypertrophie des nœuds lymphatiques rétro-mandibulaires. A l’examen de la cavité buccale, on observe la présence de lésions érythémateuses, ulcératives et croûteuses sur la lèvre supérieure ainsi qu’une plaque érythémateuse et ulcérative sur le palais mou. Ces lésions sont symétriques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lèvre supérieure

Erythème, ulcère, croûtes
= ulcère indolent

 

Palais mou

Plaque érythémateuse, ulcère
= granulome éosinophilique

......

......Bilan : chat de deux ans présentant depuis l’âge de quatre mois un ulcère indolent sur la lèvre supérieure et un granulome éosinophilique dans la cavité buccale.