Plan détaillé de Parasitool

Ecouvillonnage auriculaire

Présentation :

Introduction d'un écouvillon dans le conduit auditif externe, afin de prélever des éléments cellulaires, microorganismes et autres débris présents.

La technique peut être adaptée pour écouvillonner les espaces interdigités ou les replis de peau (face, lèvre, vulve,etc..).

Eléments recherchés

Bactéries (coques ou bâtonnets), levures (Malassezia), neutrophiles

Liens photographiques

Pour la recherche de parasites du conduit auditif, reportez-vous à l'examen direct du cérumen.


Matériel


Vidéo


Commentaires:

Identifier la lame en indiquant G et D, afin de vous rappeler par la suite à quelle oreille appartient le calque effectué.

Introduire l'écouvillon dans le conduit auditif de l'animal, effectuer un mouvement de rotation, ressortir l'écouvillon et le faire rouler sur la longueur de la lame dégraissée de façon à obtenir une couche fine observable au microscope. Prendre un autre écouvillon et utiliser la même technique pour l'autre oreille.

Laisser sécher quelques minutes et colorer.


Astuces - Pièges:

La manipulation du conduit auditif surprend toujours l'animal et peut être douloureuse. Assurez-vous que la contention soit optimale.

Lors de l'application de l'écouvillon sur la lame, veiller à faire rouler celui-ci. Il ne faut pas trop appuyer ni laisser glisser l'écouvillon sur la lame, afin d'éviter les artefacts d'étalement.

Si le cérumen est particulièrement gras, attendre 2-3 minutes que la lame soit sèche avant de la colorer, afin de limiter la dissolution du film gras dans le colorant. Les dernières publications sur les écouvillonnages d'oreilles, préconisent de ne colorer la lame qu'avec le 2nd colorant (bleu), sans passer par l'étape de fixation à la chaleur et au méthanol. Ceci a l'avantage d'être plus rapide, et de ne pas contaminer le flacon du fixateur.

Lors de la coloration, il est important d'augmenter le temps de contact avec les colorants, ceux-ci étant aqueux, et donc moins efficaces sur des prélèvements gras.


Interprétation - Conditions d’observation:

Observer la lame d'abord au faible grossissement pour déterminer les zones intéressantes, puis passer à de plus forts grossissements jusqu'à l'immersion.

Pour les grossissements élevés, remonter le condenseur. Utiliser un diaphragme fermé. Cf technique

Il existe une flore cutanée naturelle. Seule l'observation de plusieurs éléments (levures ou bactéries) à fort grossissement, associée à une clinique évocatrice est interprétable. On recherchera particulièrement des images de phagocytose.


Liens photographiques